des Maths partout !

du 9 au 19 octobre 2017 - MJC de Castelnau le Lez

Dans le cadre de la fête de la Science, la MJC de Castelnau-le-Lez organise une quinzaine autour des mathématiques. Chiffres, géométrie, musique, architecture... Ils envahissent notre quotidien, discrètement, sans se faire remarquer ! A travers des expositions pédagogiques, des conférences et des projections, la MJC propose de mieux comprendre cette discipline même pour les moins «matheux» d’entre nous !

 

L’histoire extraordinaire
du dernier problème de Fermat

(mardi 18 octobre- 19h30)

Conférence organisée par Média’Cast, présentée par Francis Loret professeur agrégé de mathématiques et chargé de missions de culture scientifique par le Rectorat d’Aix-Marseille.

Pierre de Fermat, l’un des plus grands mathématiciens français du XVIIe siècle, s’était contenté de porter dans la marge de son cahier de travail l’énoncé d’un étonnant problème, accompagné d’un commentaire frustrant : «J’ai trouvé une merveilleuse méthode pour le résoudre, mais la place me manque ici pour la développer.» Ce problème, sans solution dévoilée allait devenir, pour les trois cent cinquante années à venir, le Graal du monde mathématique. Les esprits, parmi les plus puissants de tous les siècles et de toutes les nations tentèrent d’en venir à bout: Leonhard Euler, génie du XVIIIe, devra admettre sa défaite ; Sophie Germain, au XIXe, prendra l’identité d’un homme pour se lancer dans des études jusque-là interdites aux femmes ; Evariste Galois, la veille de sa mort, jettera sur quelques feuilles une théorie qui allait révolutionner la science et la recherche de ce problème : le Japonais Yutaka Taniyama se suicidera par dépit alors que Paul Wolfskehl trouvera dans cette énigme une raison de vivre.
Au XXe siècle, dans les années 60, un petit garçon découvre le problème dans un livre alors qu’il passe un moment à la bibliothèque. Fasciné, il décide d’y consacrer sa vie. Et en 1993, devenu professeur à Princeton, il put enfin faire tomber, après sept années de recherche solitaire et quelques mois de doute, ce fantastique problème devant la communauté scientifique émerveillée.
Cet exposé est le récit de cette quête, qui met en avant la collaboration, à travers l’histoire des mathématiques, des intelligences les plus brillantes et la fantastique détermination d’un homme.

Francis LORET est professeur agrégé de mathématiques au lycée Jean Lurçat de Martigues. Chargé de missions de culture scientifique par le Rectorat d’Aix Marseille, il s’est vu décerné, entre 2006 et 2017, plusieurs prix nationaux et internationaux pour ses actions dont le Prix Dercerf 2012 qui récompense tous les 2 ans un acteur très impliqué dans la diffusion de la culture mathématique et le Prix d’Alembert 2014 avec l’association Maths Pour Tous.

   

Ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 19h, le samedi de 9h à 12h L’exposition mise à disposition par l’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques d’Aix-Marseille (IREM) nous permet un voyage à travers la Méditerranée qui explore la circulation des savoirs scientifiques et découvrir les grands esprits qui ont forgé les idées et les concepts toujours vivants aujourd’hui. Images, textes, objets, instruments sont présentés autour de cartes montrant comment la science mathématique s’est développée et diffusée.
Pour les plus jeunes, l’exposition et les manipulations de l’association FERMAT SCIENCE les guident en compagnie de treize mathématicien(ne)s illustres. Ils partent en voyage avec Pythagore, Hypatie, Fermat et les autres le temps d’une visite interactive ! Une boîte à défis, sous forme de jeux de plateau, propose des manipulations sur des thèmes mathématiques originaux et inscrits dans le contexte de Pierre Fermat, son pays, son temps, son oeuvre.
Pythagore, mathématicien dont le nom résonne depuis la classe de 4ème, n’est pas seulement celui qui a déterminé que « dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit » ; il est aussi qui a mis en évidence le rapport qui unit la musique et le nombre. Si deux sons joués simultanément où à la suite donnent une impression harmonieuse c’est parce qu’il existe un rapport de proportion entre eux. C’est en « fabriquant des quintes » que Pythagore est arrivé aux 7 sons de notre gamme. La musique est donc mathématique !
La MJC en partenariat avec l’IREM de Montpellier tient également à mettre en avant toutes ces femmes qui, pendant longtemps, n’ont pas été reconnues pour leurs compétences brillantes en mathématiques. L’exposition « Femmes en maths, pourquoi pas vous ? » permet de découvrir seize portraits de femmes d’aujourd’hui : Ingénieure réseau, chercheuse, spécialiste en automatique, académicienne, conseil en stratégie, cryptologue, elles ont toutes des parcours variées représentatifs de la richesse et des possibilités de carrières auxquelles mènent ces études et permet surtout de combattre les stéréotypes tenaces.

 

jeudi 12 oct

  • 18h30 Inauguration ouverte à tous, en présence des nombreux acteurs du grand thème. Présentation du programme autour d’un apéritif suivi d’un restitution d’atelier par les participants au projet «Voyage musical en mathématique».


Vendredi 13 oct - 20h

  • «Les mathématiques au feminin» Projection - Débat animé par Benoîte de Saporta de l’IMAG de Montpellier Encore aujourd’hui les femmes peinent à se faire reconnaître dans le milieu scientifique. En s’appuyant sur d’incroyables récits historiques adaptés au cinéma tels que «Les figures de l’ombre», cette soirée met les femmes au centre des avancées mathématiques.

lundi 17 oct - 19h30

  • «Musique, géométrie et physique» Conférence par Guilherme Carvalho, Musicologue et Chercheur à l’Université Paul Valéry. Cette conférence propose d’explorer le lien entre Musique et Mathématique. Bach et ses partitions symétriques, géométrie du geste dans la musique dodécaphonique, architecture du son et musique spectrale sont les thèmes abordés lors de cette conférence. Ce chercheur et violoniste nous montre comment les mathématiques ont été, et sont, une source d’inspiration pour la composition.

Ateliers scolaires

Tout au long de cette thématique, l’IREM de Montpellier met en place des ateliers scolaires avec les élèves de la commune autour des tablettes en argile babylonniennes.