Vivre en Hérault - suite 1

Vivre en Hérault, le deuxième département le plus apprécié par les français. Chaque mois, j’ai le plaisir de vous faire partager mes découvertes...

En cette fin de mois de février l’hiver se rappelle à nos bons souvenirs il faut s’équiper de gants, de bonnets, de pulls et grosses chaussettes car la bise gelée nous accompagnera toute la journée. Mais à l’abri de ce petit vent le soleil saura nous réchauffer.

Ce matin nous avons rendez-vous à Saussines (34 160) à la découverte de 4 villages Héraultais. C’est à 20 minutes de voiture de Baillargues (34 670) et le départ est « Avenue de Montpellier » en face de l’école. La commune a d’ailleurs aménagé des parkings pour accueillir les randonneurs. Il y a même un panneau d’informations affichant 3 circuits de  randonnées. Ce jour-là, il est même indiqué qu’une battue au renard est en cours sur l’un des circuits, bien heureusement ce n’était pas sur le nôtre.

La première étape doit nous conduire à Saint-Hilaire-de-Beauvoir, un village où est né Jacquy Gil auteur d’un livre rempli d’anecdotes « Un village sans histoire(s) » aux éditions « La place des mots ».

Nous traversons tout d’abord un bois de pins, le soleil en réchauffant légèrement l’atmosphère exhume les parfums suaves des bois. Puis nous traversons en crête des vignes et nous découvrons  la plaine où coule la Bénovie que nous franchirons plusieurs fois à gué. Après une longue ligne droite, nous arrivons à ce premier village, nous l’empruntons par des petites rues bordées de vielles maisons de pierre et nous descendons vers un ruisseau le Budel que nous franchissons par un radier.

Notre deuxième étape est Buzinargues, cette commune fait partie de la communauté des communes du Pic Saint Loup entourée de vignes,  le vin semble une activité bien présente. Avant d’y arriver nous avons passé à gué le Braou qui en cette saison était assez large, peut-être qu’en été il est à sec ?  Nous traversons le village pour nous diriger vers la Bénovie.  Le pont passé, nous descendons au bord de la rivière pour poursuivre le chemin qui longe la berge, un moment très plaisant, à l’abri du vent nous oublions la température exceptionnellement basse.

Nous passons devant la coopérative viticole de Galargues avant d’arriver au village de Galargues notre troisième étape. Cette commune fait partie de la communauté des communes du pays de Lunel.
Notre quatrième et dernière étape nous conduit à Saussines que nous atteindrons à travers bois où nous pourrons voir une « capitelle » magnifiquement restaurée par un viticulteur propriétaire de la vigne proche (Une capitelle - en languedocien capitèlo - est une cabane en pierre sèche). Nous avons vu de nombreuses ruches qui nous laissent à penser que les vignes environnantes ne sont pas trop mal traitées. Avant, nous avons à gravir un petit monticule où est implantée l’église de Saussines.
Après ce parcours de 16 km sous un soleil méditerranéen et un froid venu de l’est, nous sommes toujours aussi ravis de pouvoir vivre en Héraut. 

Publié le 28 février 2018 par JC Dauphin