Crise des migrants

L'Europe face à ses responsabilités

Le rapport présenté par Christian ASSAF sur le problème des migrants a été adopté à l’unanimité, fait suffisamment rare pour être souligné. Sur un sujet des plus sensibles, ce rapport courageux conduit à des préconisations  qui interpellent les décideurs et responsables politiques européens. Un rapport précis, concret et humaniste loin du discours simpliste et démagogique actuel.

Il y a quelques jours, Christian ASSAF, Député de l’Hérault, a présenté devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le rapport résultant des travaux de la Mission d’information tendant à évaluer l’efficacité des mécanismes européens pour prendre en charge des flux migratoires exceptionnels. Créée en novembre 2015 et présidée par Christian ASSAF, cette Mission d’information, composée de quinze membres, aura travaillé pendant plus de 9 mois en conduisant treize auditions, en animant cinq tables rondes et en effectuant quatre déplacements à l’étranger (deux à Bruxelles, un en Grèce et un en Turquie).
Dans ce rapport, adopté à l’unanimité par la Mission d’information et par la Commission des lois, Christian ASSAF dresse un diagnostic précis et sans concession de la situation actuelle et de l’inefficience des mécanismes d’accueil des migrants en Europe. Loin de privilégier le statut quo et de rester impassible face aux drames humains qui défrayent l’actualité, il formule une vingtaine de préconisations à courts, moyens et longs termes et en appelle à la responsabilité de l’Union européenne et de ses Etats membres.
Préalablement à ces constats et aux propositions émises, les premières pages du rapport rappellent que ces types de mouvements migratoires ont déjà existé dans l’Histoire européenne et française, que le continent européen n’accueille qu’une faible partie des réfugiés dans le monde et que ces flux migratoires sont majoritairement composés de réfugiés fuyant les bombes, la guerre et la mort qui dévastent leur pays.
Parmi les suggestions émises dans ce rapport figurent :

  • la nécessité d’une politique commune de l’asile, de l’immigration et des frontières dans l’Union européenne avec, notamment, le développement de voies légales d’accès à l’Europe et la redynamisation de la « carte bleue » européenne, 
  • l’importance de réformer le règlement Dublin III et de progresser vers un système d’asile uniforme avec l’introduction de nouveaux critères (comme le taux de chômage) et d’un mécanisme correcteur de nature à mieux anticiper les situations d’afflux,
  • un contrôle approfondi du respect par les Etats membres de leurs obligations dans le domaine de l’asile,
  • une meilleure gestion des flux et un contrôle renforcé aux frontières extérieures de l’Union pour garantir la sécurité de l’espace Schengen,
  • une incitation à placer les migrations au coeur de partenariats avec les pays tiers par, notamment, la conclusion d’accords de réadmission avec des pays d’origine et de transit ainsi qu’une intensification de la lutte contre les trafiquants de migrants.

Dans ce rapport et dans les réflexions qui ont pu naître autour de ces neuf mois de travail, Christian ASSAF a tenu à souligner sa très grande inquiétude quant à la situation des enfants. En France, la protection des mineurs isolés relavant des Départements, Il préconise que l’État accroisse fortement l’aide financière qu’il leur apporte au titre de l’accueil des mineurs non accompagnés et que les Départements soient davantage impliqués dans leur accueil.

» lire le rapport complet

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

IInauguration de la Ligne 4 du réseau Transp'Or

Cette ligne 4 s’inscrit dans une démarche d’accompagnement quotidien des déplacements : elle dessert les principaux quartiers de la Grande Motte du Point Zéro au Grand Travers et les infrastructures de service public - Espace Grand Bleu, Maison des Associations, mairie, antenne de l’Agglomération du Pays de l’Or, gendarmerie - avec un bus toutes les demi-heures aux heures de pointe et un bus toutes les heures en période creuse. Des transports accessibles pour tous avec des planchers bas et pour la plupart roulant au gaz naturel.
La ligne 4 est organisée en complémentarité avec la ligne 606 du réseau Hérault Transport qui dessert la nouvelle gare TGV de Montpellier Odysseum, via une ligne express.
Un euro maximum le trajet simple

Le trajet simple coûte un euro maximum, 8 euros les 10 voyages et des abonnements mensuels et annuels sont possibles. …

» Echos

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie