Ce que vous devez savoir : les certificats de cession

La déclaration de cession ne doit plus être transmise en préfecture.

Le service immatriculation de la préfecture étant fermé, le document vous sera systématiquement renvoyé. Il vous appartient de l’enregistrer directement en ligne sur le site de l’ANTS. Une fois la déclaration enregistrée, un code « cession » vous sera communiqué.

Il vous appartiendra de le transmettre à votre acheteur pour qu’il puisse faire ses démarches d’immatriculation en ligne. Pour rappel, lors de la vente, le vendeur doit remettre à l’acheteur la carte grise, barrée, datée, signée, un exemplaire du certificat de cession, un certificat de situation administrative de moins de 15 jours, puis le code cession.

IMPRIMES TELECHARGEABLES Certificat de cession – format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier- 0,11 Mb

Gestes simples pour limiter la propagation de la grippe

Ca y est la grippe est là ! Chaque année la grippe touche environ 2,5 millions de personnes. Elle se transmet par les postillons, les éternuements, la toux, la salive et les mains. Aussi, pour traverser l’hiver en bonne santé et éviter de passer quelques jours au fond du lit, mettez toutes les chances de votre côté ! Quelques gestes simples permettraient d’éviter de l’attraper.

Woman coughing and blowing her nose in autumn

Se laver les mains : le réflexe pour éviter la diffusion des germes

Nos mains touchent à tout, elles sont en contact permanent avec les choses et les gens. Conséquences : elles peuvent être souillées par des gouttelettes ou des sécrétions respiratoires infectées. Pour limiter les risques, une seule solution : se laver les mains plusieurs fois dans la journée !

Le lavage des mains joue un rôle clé à plusieurs titres : il vous protège et il protège les autres, notamment les enfants et les personnes âgées qui sont plus vulnérables. Ainsi, pour prémunir vos enfants de la grippe, se laver les mains fréquemment et impérativement avant de s’occuper d’eux est une des meilleures armes !

Ce geste est indispensable après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, après avoir rendu visite à une personne malade ou tout simplement après chaque sortie à l’extérieur. Et quoiqu’il arrive, lavez-vous les mains avant de préparer les repas, de manger ou de nourrir vos enfants.

Les astuces pour bien faire

Pour être efficace, se laver les mains est la combinaison d’un savonnage, d’un frottage, d’un rinçage et d’un séchage. Facile ? Alors on récapitule…

  • On les savonne avec de préférence du savon liquide (le pain de savon n’est pas aussi hygiénique car il reste humide),
  • On se frotte les mains pendant 30 secondes pour produire de la mousse, sans oublier les ongles et le bout des doigts, la paume et l’extérieur des mains, les jointures des doigts et les poignets,
  • On rince,
  • Et enfin on les sèche dans une serviette propre ou à l’air libre.

Vous pouvez également utiliser une solution hydro alcoolique, en vous frottant les mains pendant au moins 30 secondes.

N’oubliez qu’il est important d’entretenir la peau des mains pour qu’elle reste saine. La crème hydratante est utile, car les mains sèches et abîmées sont de véritables nids à microbes.

Eternuements, toux : les bons gestes pour limiter les contagions

Se couvrir la bouche dès qu’on tousse, qu’on éternue, est un bon préalable qu’il faut également transmettre aux enfants mais cela doit être suivi d’autres petits gestes pour être le plus efficace possible.

Vous aimez bien le mouchoir en dentelle de votre grand-mère ? … C’est sûr, vous lui trouverez un autre usage, plutôt décoratif, car le mouchoir jetable à usage unique est le seul qui vous permettra d’éviter les contagions. Eternuez, crachez, toussez ou mouchez-vous dans un mouchoir en papier et n’oubliez pas de le jeter tout de suite après usage et de vous laver les mains.

Si vous êtes malade, portez un masque chirurgical (que vous trouverez à acheter en pharmacie) pour éviter la diffusion des microbes. En effet, en cas de toux ou d’éternuements, par exemple, des milliers de particules infectieuses contaminent l’air de toute une pièce non aérée pour plusieurs heures. Bien noué derrière la tête, moulé sur la racine du nez et abaissé sous le menton, le masque limitera les risques de transmission du virus. N’oubliez pas de vous laver les mains avant de le manipuler, changez-le toutes les 4 heures ou dès qu’il est mouillé.

Des réflexes pour éviter de transmettre la grippe à son entourage

  • Evitez de serrer les mains, d’embrasser (baisers, bisous…) votre entourage,
  • Ne partagez pas vos effets personnels (couverts, verre, brosse à dent, serviette de toilette…),
  • Evitez lieux très fréquentés et les lieux de rassemblements. Eviter chaque fois que possible d’y emmener les nourrissons et les enfants (centres commerciaux, transports en commun…),
  • En présence d’une autre personne, portez si possible un masque chirurgical. Changez le dès qu’il est mouillé, ne le réutilisez pas. Jetez le dans une poubelle couverte puis lavez vous les mains,
  • Enfin, pensez à aérer votre logement chaque jour pour renouveler l’air.

    La vaccination contre les virus grippaux saisonniers concerne les personnes fragilisées vis-à-vis de l’infection et à risque de complications, notamment les personnes âgées, celles atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes obèses. Elle permet à la fois :

    • de réduire le risque d’être contaminé par la grippe ;
    • de réduire le risque de faire des formes graves de la grippe.

    La vaccination des femmes enceintes protège également le nourrisson dans ses premiers mois de vie.

    Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre et la durée de protection du vaccin peut s’estomper après quelques mois. C’est pourquoi il faut se faire vacciner chaque année.

  • Pour tout savoir : Vaccination Info Service.fr‎ : http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/

Nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en novembre

Fin novembre 2017, en France métropolitaine, parmi les personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C), 3 454 100 sont sans emploi (catégorie A) et 2 157 300 exercent une activité réduite (catégories B, C), soit au total 5 611 400 personnes.

正确的教训

En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A baisse sur trois mois de 2,4 % (–86 300). Ce nombre recule de 0,8 % sur un mois (–29 500) et de 0,1 % sur un an.

Au total, le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B, C diminue sur trois mois de 0,6 % (– 34 600). Ce nombre recule de 0,1 % sur un mois (– 4 600) et progresse de 2,6 % sur un an.

Tout savoir sur les demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi  en novembre 2017 :http://statistiques.pole-emploi.org/stmt/publication

Droit à la déconnexion : rappel

Avec l’utilisation du numérique, désormais incontournable dans le monde du travail, ce sont les modes de travail qui évoluent. Le lieu de travail n’existe plus dans bien des secteurs, les salariés sont de plus en plus « connectés » en dehors des heures de bureau, la frontière entre vie professionnelle et personnelle est ténue, le temps de travail n’est plus continu… C’est donc pour s’adapter à cette réalité et créer les protections nécessaires à la santé des salariés actuelle qu’un droit à la déconnexion est inscrit dans la loi.

La loi a introduit pour la première fois dans le droit du travail un « droit à la déconnexion » qui s’applique à tous les salariés. Les entreprises ont le devoir de mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique. Ces mesures visent à assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale.

Pour mettre en œuvre ces mesures, la priorité est donnée à la négociation avec les partenaires sociaux. Les entreprises qui ont un délégué syndical doivent engager une négociation afin de définir les modalités selon lesquelles le salarié pourra exercer son droit à la déconnexion.

A défaut d’accord, l’employeur doit tout de même mettre en œuvre ce droit. Cela doit prendre la forme d’une charte qui devra prévoir la mise en œuvre à destination des salariés et du personnel d’encadrement et de direction, d’actions de formation et de sensibilisation à l’usage des outils numériques. Cette mesure est entrée en vigueur le 1er janvier 2017.

"Il s’agit de créer un dialogue dans l’entreprise afin que les partenaires sociaux au plus près des pratiques des salariés puissent se mettre d’accord."

En septembre 2015, le rapport sur l’impact du numérique sur le travail préconisait déjà l’instauration d’un "droit à la déconnexion professionnelle devant se généraliser par la négociation d’entreprise".

Cette préconisation a été reprise dans la loi Travail. C’est prioritairement par la négociation collective que l’entreprise définira le droit à la déconnexion afin d’établir des règles de bonne conduite correspondant aux besoins des salariés, au plus près du terrain.

Concrètement, qu’est-ce que la déconnexion ?

"A titre d’exemple, les salariés d’une grande entreprise ne sont pas tenus de répondre aux mails en dehors des horaires de bureau ; une autre grande entreprise a mis en place un Mooc pour former les managers aux risques de la connexion permanente ainsi que des journées sans mails. Intégrer le droit à la déconnexion dans le code du travail c’est donc permettre aux entreprises de se saisir du sujet et de s’adapter aux nouveaux modes de travail."

Insee : les chiffres définitifs du recensement

L'Insee a rendu public ce mercredi 27 décembre les chiffres définitifs du recensement. En 2015, les 66 millions d'habitants en France ont été franchis. De 2010 à 2015, la population a grossi de plus d'un million et demi de personnes.

positive trend

A retenir :

la France a perdu 1 130 communes en 2 ans.

Paris a perdu 0,3% de ses habitants.

Pour tout savoir : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3292701

Sur ce site vous découvrirez que :

Les données de population au 1ᵉʳ janvier 2015 dans les limites territoriales des communes existant au 1ᵉʳ janvier 2017 seront officielles dès leur authentification par décret. Ces populations officielles entrent en vigueur au 1ᵉʳ janvier 2018.

Ces populations sont disponibles pour les différentes circonscriptions administratives existant au 1ᵉʳ janvier 2017 dans leurs limites territoriales à cette date : régions, départements, arrondissements, cantons et communes.

Ce produit vous permet de visualiser la population des régions et départements et de télécharger des fichiers départementaux contenant les populations légales de tous les niveaux administratifs d'un département.

Vous pouvez également obtenir la population légale des communes une à une.

Augmentation du prix des timbres prévue au 1er janvier 2018

Timbre vert ou rouge, colissimo... Les tarifs du service universel postal augmenteront d'environ 5 % en 2018.

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a rendu son avis sur les évolutions tarifaires 2018 des offres d'envoi de courrier et de colis relevant du service universel postal.

Pour les particuliers, le prix du timbre vert (pli distribué sous 48 heures en France métropolitaine) passera de 0,73 € à 0,80 €. Celui du timbre rouge (lettre prioritaire) sera porté à 0,95 € (contre 0,85 € aujourd'hui).

L'« Ecopli » , formule la plus économique (envoi en quatre jours en moyenne), va augmenter de 0,71 € à 0,78 €.

Les tarifs Colissimo, augmenteront quant à eux de 1,5 % au 1er janvier.

Évolutions tarifaires

Pour les particuliers

Tarif actuel 2017

[0 –20 g]

(en euro)

Tarif au 1er janvier 2018

[0 –20 g]

(en euro)

Lettre prioritaire (rouge)

0,85 €

0,95 €

Lettre verte

0,73 €

0,80 €

Ecopli

0,71 €

0,78 €

Lettre suivie

1,13 €

1,20 €

Lettre recommandée

3,95 €

4,05 €

  À noter :

La hausse du prix des timbres est encadrée par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), qui a approuvé en juillet 2014 un dispositif d'augmentation des tarifs sur 4 ans.

"Déposez votre cagnotte solidaire"

La cagnotte solidaire vous permet d'enregistrer votre association sur le site afin de déposer le projet pour lequel vous souhaitez constituer un budget.

Le dépôt de votre cagnotte solidaire est gratuit. Eurosolidaire ne perçoit aucune commission : le montant récolté par le biais des microdons est intégralement reversé à l’association porteuse du projet (aucune commission, pas de frais bancaires).

Vous n'êtes pas une association et souhaitez déposer une cagnotte solidaire ?
Contactez http://www.eurosolidaire.com/. Notre équipe étudiera la possibilité de mettre en ligne votre cagnotte solidaire, en fonction de sa typologie.

Un fonctionnement simple, efficace et peu coûteux


1 Vous enregistrez votre association sur le site
2 Une fois votre compte association ouvert, vous pourrez créer et déposer votre cagnotte solidaire (vous pourrez déposer autant de cagnottes solidaires que vous le souhaitez)
3 Si vous souhaitez la mettre en valeur afin d'optimiser vos chances de réussite, il vous suffit de sélectionner une option payante en accord avec votre budget
4 Une fois l'opération terminée, à la date d'échéance de votre cagnotte solidaire, Eurosolidaire vous reverse l'intégralité des microdons collectés, même si le montant est inférieur au budget initial (Eurosolidaire ne perçoit aucune commission : le montant récolté vous est intégralement reversé)
5 Un justificatif vous sera demandé pour toute somme récoltée supérieure à 1.500 euros (facture acquittée, devis portant la mention "bon pour accord"...).

La grippe aviaire

Dans le cadre des autocontrôles professionnels rendus obligatoires depuis le 1er décembre 2017 avant l'expédition de palmipèdes depuis leur élevage vers un atelier de gavage, un virus influenza aviaire faiblement pathogène H5N3 a été détecté dans le Lot-et-Garonne.

Il s'agit d'un élevage de 12 000 canards qui ne présentaient pas de symptôme de la maladie. L'identification de virus faiblement pathogènes n'a pas de caractère exceptionnel. Elle n'a aucun lien avec les épizooties dues aux virus hautement pathogènes H5N1 et H5N8 qui ont sévi en 2016 et 2017 dans le Sud-ouest de la France et dans d'autres pays européens.

Des mesures de prévention ont été prises afin d'éviter la dissémination du virus à d'autres élevages. Une zone de restriction des mouvements de volailles a été mise en place par le Préfet du Lot-et-Garonne dans un périmètre de 1 km autour de l’exploitation infectée. En l'absence de risque pour la santé humaine, les viandes et foies gras des canards de cet élevage pourront être commercialisés normalement.

La mise en évidence de ce virus, quoique faiblement pathogène, rappelle l'importance de l'application stricte de mesures de biosécurité dans les productions animales, et en particulier aux niveaux de l'élevage et du transport des animaux.

En savoir plus : Biosécurité : les mesures pour tous les détenteurs de volailles

L'influenza aviaire est une maladie animale infectieuse, qui affecte les oiseaux chez lesquels elle peut provoquer, dans sa forme hautement pathogène, des atteintes pouvant aboutir à la mort de l'oiseau infecté. La consommation de produits de la volaille (viande, foie gras, œufs) ne présente aucun risque de transmission à l'homme. La grippe aviaire fait partie des dangers sanitaires de première catégorie pour les élevages en raison de son caractère contagieux. Sa déclaration est obligatoire.

Tout éleveur qui détient des oiseaux domestiques (volaille ou oiseau d'agrément) touchés par le virus, suspecté ou constaté par le vétérinaire sanitaire, est tenu de le déclarer, au moyen du formulaire cerfa n°15472*01 , à la mairie de la commune où se trouvent les oiseaux.

Le vétérinaire sanitaire suspectant un cas d'influenza aviaire est tenu d'avertir sans délai le directeur départemental des services vétérinaires du département où se situe l'animal suspect.

Cette obligation ne s'applique pas en cas de découverte d'influenza aviaire chez des oiseaux sauvages vivant en liberté.

La déclaration obligatoire permet au préfet du département touché de prendre les mesures nécessaires visant à interrompre la propagation de l'épizootie aux autres élevages : zones de protection et de surveillance, mesures de biosécurité, confinement et abattage des animaux des foyers, destruction des œufs...

Pour en savoir plus

Les Etats généraux de l'alimentation

Un plan d’investissement de 5 milliards d’euros pour accompagner la transformation des filières sur 5 ans va être mis en place.

Les Etats généraux de l'alimentation 

Durant cinq mois, la réflexion collective a rassemblé les acteurs de toutes les filières agricoles et de l'agroalimentaire, les responsables publics et privés et les consommateurs autour d'ateliers thématiques, de réunions dans les territoires et d'une consultation publique numérique.

Les Etats généraux de l’alimentation, c'est quoi ?

C’est une consultation qui a réuni l’ensemble des acteurs de l’alimentation car chacun doit prendre ses responsabilités. Elle a pour objectifs:

  • d’assurer une juste rémunération de tous, en particulier des agriculteurs,
  • d’adopter de nouveaux modes de production écologiques,
  • de permettre une meilleure information du consommateur,
  • de rendre notre alimentation plus saine.

Pour quoi faire ?

Pour accompagner ces transformations, le Gouvernement va mobiliser les filières et faire une loi pour :

  • donner les moyens aux agriculteurs de peser davantage dans la construction des prix,
  • favoriser le développement des produits bio, locaux et écologiques dans la restauration collective,
  • réduire l’utilisation des pesticides,
  • lutter contre le gaspillage,
  • faciliter l’aide alimentaire.

Toutes les informations ici

Les personnalités préférées de l'année

Un trio d'artistes occupent les 3 premières places du classement des personnalités préférées de l'année.

Jean-Jacques Goldman, Omar Sy et Teddy Riner, un chanteur, un acteur et un sportif aux trois premières marches du podium du classement des personnalités. Le plus populaire est justement celui qui est le plus discret. Après le décès de Johnny  il est le patron de la chanson française. La première femme, Sophie Marceau, est à la cinquième place. Suivent Florent Pagny, Michel Sardou et Patrick Bruel.

1er homme politique, Emmanuel Macron (34ème), Nicolas Hulot paye son entrée en politique (moins 32 places).

On se fait plaisir :

Aides pour les Panneaux Solaires Photovoltaïques

L’énergie solaire est utilisée essentiellement pour deux usages : la production d’électricité (énergie solaire photovoltaïque ou énergie solaire thermodynamique) ou la production de chaleur (énergie solaire thermique). L’énergie solaire photovoltaïque transforme le rayonnement solaire en électricité grâce à des cellules photovoltaïques intégrées à des panneaux qui peuvent être installés sur des bâtiments ou posés sur le sol alors que l’énergie solaire thermodynamique produit de l'électricité via une production de chaleur. 

L’électricité produite peut être utilisée sur place ou réinjectée dans le réseau de distribution électrique.
L'énergie solaire thermique produit de la chaleur qui peut être utilisée pour le chauffage domestique ou la production d'eau chaude sanitaire.

L'installation de panneaux photovoltaïques ne permet pas seulement de bénéficier d'une énergie gratuite. L'État, par un ensemble de dispositifs, encourage les travaux d'économies d'énergie. Le solaire en fait partie.

Bénéficiez des aides de l'ANAH 

L'Anah, c'est l'Agence Nationale de l'Amélioration de l'Habitat. Son rôle est de mettre en oeuvre la politique du logement de l'État et de garantir un habitat décent aux particuliers. Dans les faits, cela se manifeste par l'amélioration du parc de logements privés existants et le développement de nouveaux logements. Dans son activité quotidienne, l'ANAH aide les particuliers à améliorer leurs logements en leur octroyant des subventions.

En complément de tout cela, le programme "Habiter mieux", aussi appelé Aide de Solidarité Écologique (ASE), aide à la rénovation thermique des logements. Cette aide consiste à accompagner le propriétaire pour faire un montage financier. Pour en bénéficier il faut être propriétaire.

Pour en savoir plus sur Les aides pour les Panneaux Solaires Photovoltaïques : https://www.quelleenergie.fr/economies-energie/panneaux-solaires-photovoltaiques/aides-subventions

Présentation des technologies relatives à la filière solaire

LE PHOTOVOLTAÏQUE

Les technologies photovoltaïques (PV) reposent sur des cellules qui transforment le rayonnement solaire en courant électrique continu. Ces cellules sont couplées entre elles pour former un module, lui-même relié à différents composants électriques (onduleur, boîtier de raccordement, etc.). L’ensemble constitue un système photovoltaïque. La durée de vie d’un module est de l’ordre de 25 ans.

Il existe aujourd’hui différentes technologies de cellules à des stades différents de maturité technologique :

  • Silicium cristallin (photovoltaïque de 1èregénération) : les cellules sont constituées de fines plaques de silicium, élément que l’on extrait du sable ou du quartz. Selon la méthode de cristallisation utilisée on obtient du silicium monocristallin (de meilleure qualité mais plus cher à produire) ou du silicium multi-cristallin (moins cher à produire mais offrant des rendements moins élevés). La durée de vie des modules photovoltaïques fabriqués à partir de ces cellules est estimée entre 25 et 30 ans.

  • Couches minces (photovoltaïque de 2egénération) : ces cellules sont obtenues en déposant des couches de matériaux semi-conducteurs et photosensibles sur un support en verre, en plastique, en acier, etc. Différents matériaux peuvent être utilisés, le plus répandu étant le silicium amorphe, mais d’autres matériaux intègrent des éléments chimiques rares (indium, sélénium, gallium) et parfois sujets à controverse (comme le tellure de cadmium, composé toxique). Cette technologie permet de baisser les coûts de production mais les cellules ont un rendement moindre que dans le cas du silicium cristallin. Elle a connu un développement important ces dernières années.

  • Cellules organiques (photovoltaïque de 3egénération) : ces modules sont constitués de molécules organiques. Les capteurs solaires se présentent sous forme de films de type photographique, souples, légers et faciles à installer. Il y a actuellement trois types de cellules photovoltaïques organiques : les moléculaires, celles en polymères et les organiques hybrides. L’intérêt potentiel de ces technologies est d’offrir une énergie solaire à un prix significativement inférieur aux technologies de première et de deuxième génération mais elles sont encore au stade de la recherche et développement. Ces cellules sont toutefois déjà utilisées dans certaines applications spécifiques à faible consommation et forte valeur ajoutée comme les calculatrices ou le rechargement des appareils nomades.

  • Cellules à concentration (technologie dite CPV) : cette technologie utilise des lentilles optiques qui concentrent la lumière sur de petites cellules photovoltaïques à haute performance. Leur rendement est plus élevé que pour la filière silicium mais il est toutefois nécessaire d’être toujours positionné face au soleil, ce qui est rendu possible avec l’installation d’un « tracker » (support mobile pivotant). Cette technologie n’est actuellement intéressante économiquement que dans les zones où l’ensoleillement direct est très important.

  • Cellules perovskites hybrides : encore au stade de développement en laboratoire, il s’agit d’une filière très prometteuse, dont les progrès en termes de rendement ont été spectaculaires ces dernières années. Cette filière est apparentée à la technologie des couches minces et repose sur le methylammonium iodure de plomb. Des rendements de l’ordre de 22% ont été atteints en laboratoire. Des travaux de recherche sont en cours afin d’atteindre une meilleure stabilité de ces cellules et de les rendre plus résistantes à l’humidité.

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes