L'Hérault : un des départements les plus impactés par le chômage et la pauvreté

 L’Hérault, 2e département d’Occitanie et 9e des départements de province avec 1,1 million d’habitants en 2015, cumule chômage et pauvreté, avec de grandes inégalités de revenus. Il est aussi très dynamique sur le plan démographique grâce à son attractivité. Seuls les départements du littoral languedocien et de Corse conjuguent ces caractéristiques, selon la typologie des 88 départements de province.

 raultCapture

Dans l’Hérault, 13,9 % de la population active est au chômage en 2016 : ce taux classe le département en 2e position des 88 départements de province, cependant loin derrière les Pyrénées- Orientales (15,3 %), et en se limitant aux départements de l’Occitanie, juste devant le Gard (13,6 %) et l’Aude (13,5 %). L’Hérault, comme les autres départements du littoral languedocien, contribue ainsi à faire de l’Occitanie la 2e région la plus touchée par le chômage, juste derrière les Hauts-de-France. Comme au niveau régional, le chômage touche davantage les hommes que les femmes, mais l’écart est beaucoup plus important dans l’Hérault :

le taux de chômage s’élève à 14,7 % chez les hommes et à 13,1 % chez les femmes. Dans l’Hérault, une personne sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en 2014. Ce taux de pauvreté classe l’Hérault au 7e rang des départements de province les plus pauvres, et au 4e rang en Occitanie, après l’Aude, les Pyrénées-Orientales et le Gard.

Ces départements du littoral languedocien contribuent à faire de l’Occitanie la 4e région la plus pauvre, après la Corse, les Hauts-de- France et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Par ailleurs, la moitié des Héraultais vivent avec moins de 18 974 euros par an en 2014, soit avec moins de 1 581 euros par mois pour une personne seule, ou encore 2 846 euros pour un couple avec un jeune enfant. Avec ce niveau de vie médian (définitions) plutôt faible, l’Hérault se positionne dans le dernier quart des départements de province pour lesquels le revenu disponible médian est le plus bas (72e rang).

Signe d’une importante précarité financière, les prestations sociales représentent au moins les trois quarts des revenus pour 30 % des ménages qui bénéficient de ces allocations fin 2014, ce qui situe le département en 8e position des départements de province et au 5e rang des départements de la région derrière les Pyrénées-Orientales (34 %), l’Aude (33 %), le Gard et l’Ariège (31 %).

De fortes inégalités de niveaux de vie Les inégalités de revenus sont très élevées dans ce département, même après redistribution, c’est-à-dire après versement des prestations sociales et déduction des Source : Insee, fichier localisé social et fiscal

Source : Insee, taux de chômage localisés 2016 Taux de pauvreté par département en 2014 (en %) Taux de chômage annuel moyen en 2016 (en %)

  L’Hérault parmi les départements de province les plus pauvres Un taux de chômage nettement plus élevé dans l’Hérault, notamment pour les hommes

L’Hérault, 2e département d’Occitanie et 9e des départements de province avec 1,1 million d’habitants en 2015, cumule chômage et pauvreté, avec de grandes inégalités de revenus.

Il est aussi très dynamique sur le plan démographique grâce à son attractivité.

Tout savoir sur :

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie