Premiers kilomètres pour Hérault Vélo

Utiliser un vélo pour ses déplacements quotidiens est un enjeu majeur de l’Hérault aussi bien pour la qualité de l’air, la réduction des nuisances sonores, que pour la santé, le sport ou les loisirs. En juin dernier, l'assemblée départementale a adopté le Plan Hérault vélo pour 5 ans.

« Le Département s’est engagé depuis 20 ans à promouvoir ce mode doux et a voté en juin dernier son 4e Schéma cyclable », rappelle Philippe Vidal, vice-président à l'aménagement du territoire. « Cette stratégie se met en place sur tout le territoire. » Le “ Plan Hérault Vélo 2019-2024 “ se veut encore plus ambitieux que les précédents en matière d’infrastructures, de services et d’accueil, d’aides, d’animations, etc. Il a été co-construit avec les cyclistes et tous les acteurs du vélo et dispose d’une enveloppe de 6 M€ pour cinq ans. « Nous sommes un département cyclable parmi les plus volontaristes et avec des réalisations marquantes pour toutes les pratiques du vélo », précise l'élu. Le Département y consacre 5 € / an / habitant, deux fois plus que la moyenne nationale. 

DES PRÊTS DE VÉLO ÉLECTRIQUE 

velo_elctrique.jpg

Et dans la communauté des communes du Pic Saint-Loup, retour sur les prêts vélo  à assistance électrique

Tout le mois de juin, les habitants de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup ont eu la possibilité de tester pendant une semaine, les déplacements domicile-travail avec un vélo à assistance électrique (VAE) mis gratuitement à disposition par le Département. « Nous disposions de 10 vélos et nous avons enregistré 37 prêts dans le mois sur les 40 potentiels, tous profils confondus », indique Marie-France Sicard chargée de mission Mobilité à la communauté de communes. « Les retours ont été bons et beaucoup ont été intéressés mais le prix de ces VAE est un frein. »

 En septembre, ces « vélos de ville » sont testés dans la communauté de communes des Cévennes gangeoises et suménoises. 

Le Plan Hérault vélo

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes