Autour du Salagou

Dominé par des monts et des plateaux culminant à 300 m à l'est, 407 m à l'ouest et 535 m pour le Mont Liausson au Sud, LE LAC DU SALAGOU est un lac de retenue du barrage du Salagou.

vidéo de Valérie Campion


Son niveau d'eau est à 139 m d'altitude, sa surface est d'environ 700 hectares, sa profondeur d'environ 50 mètres.

Sa palette : bleu du lac, ocre des ruffes, jaune des genêts, vert des forêts, Ses domaines d'intérêt sont :

• la géologie 
• la baignade et les sports nautiques 
• les randonnées pédestres ou à VTT

The Lac de Salagou is a lake formed by the Salagou dam.

Its water level is at 139m altitude, its surface is about 700 hectares, its depth around 50m.

It is overlooked by peaks and plateaux reaching 300m to the east, 407m to the west and by Mont Liausson at 535m high to the south.

Its colour palette: the blue of the lake, the ochre of the rocks, the yellow of the broom, and the green of the forests

Its features of interest are : geology bathing & water sports hiking & mountain biking

AUX PORTES DU SALAGOU

LIAUSSON : La commune est bâtie sur de la Ruffe près du lac du Salagou et se situe entre Octon et Clermont l'Hérault.
Le village date du Moyen Âge, on retrouve des traces écrites remontant au XIIIe siècle. Son étymologie serait gallo-romaine.

SALASC : A quelques kilomètres du lac du Salagou, Salasc village fleuri ** est surnommé « le village de l'eau » à cause de nombreuses sources qui donnent une nature verdoyante toute l'année. 
La commune bordée par le Salagou se situe à égale distance de Clermont l’Hérault, Lodève et Bédarieux.
L’origine du village de Salasc est très ancienne. Des fouilles archéologiques ont mis à jour des vestiges de la période néolithique ainsi qu’un site gallo-romain. 
Salasc était sous la juridiction de l’évêque de Lodève partagée avec le comte de Clermont-de-Lodève, Guilhem depuis le XIIIème siècle. Ceci dura jusqu’au XVIIIème siècle. La place est bordée au sud par une grande maison du XVIIème siècle, l’ancienne maison seigneuriale.
La fontaine au centre de la place a été construite dans la première moitié du XIXème siècle. 
L’ancien presbytère date du milieu du XVIIème siècle. Les mûriers sont des vestiges d’une petite industrie de vers à soie. La partie la plus ancienne du village se situe autour de son église Saint-Géniès. Autour d’elle, une petite enceinte fortifiée construite à la fin du XIIIème siècle, Les béals : C’est un mot d’origine latine qui signifie canal. Le béal est un petit canal d’irrigation servant à alimenter les jardins potagers, les vergers, les vignes et les champs. Ces béals sont organisés en réseau. Il y avait des règlements stricts quant à l’utilisation des béals afin que tout le monde puisse bénéficier d’eaux pour arroser. Un chemin de randonnée « le sentiers des béals » permet de découvrir cette tradition ancestrale d’irrigation des terres.

VILLENEUVETTE : ancien "village usine", cette cité drapière créée en 1670 par Pierre Baille, riche marchand drapier de Clermont l'Hérault, fut soutenu financièrement par Colbert qui en fit l'un des plus grande Manufacture Royale du Languedoc-Roussillon. 
Le tissu de Villeneuvette a été utilisé dans les uniformes des armées de Louis XIV et des draps. La production a perduré jusqu'en 1955. Son patrimoine bâti, aujourd'hui envahi de végétation, possède un charme authentique qui témoigne avec discrétion et mystère, d'un passé où l'activité y fût intense et la vie fourmillante. 
A la découverte de Villeneuvette Le village est piéton (sauf résidents). L'entrée se fait par une porte en pierre au-dessus de laquelle les mots "Manufacture Royale", étaient gravés, puis remplacés par "Honneur au travail ». 
Le village est construit autour de la rue principale Rue Colbert, dans un plan de grille. À l'exception de quelques «Maisons de Maître », les habitations sont très semblables de taille et d' apparence avec des volets verts typiques de la région Languedoc Roussillon. 
L' église construite au 18ème siècle a d'intéressantes peintures de Jacques Pauthe. * Les rues pavées, les fontaines et de nombreux arbustes ajoutent à l'attrait du village. * Jacques Frédéric Antoine Pauthe est un peintre français né en 1809 à Castres, mort en 1889 à Perpignan. Artiste en peinture murale et religieuse, il a réalisé de nombreuses oeuvres dans le Tarn, l' Hérault, le Roussillon. Il a d'abord copié des toiles de grands maîtres avant de définir son propre style en s'inspirant des maîtres de l'école française (XVIIe - XVIIIe). Il s'agit sans doute d'un des plus prolifiques artistes religieux du XIXe. Mgr de la Tour d' Auvergne, évêque de Bourges lui fit obtenir la croix de l'ordre de Saint Sylvestre par le pape Pie IX pour services rendus à l' Eglise.

OCTON : Le village est situé à 198 mètres d'altitude, sur les bords du lac du Salagou. Le paysage est marqué par un sol de roches rouges (les ruffes) et par des collines qui sont d'anciennes coulées de lave. 
La chapelle Notre Dame de Roubignac Le premier sanctuaire a dû être bâti sous la domination wisigothique. St. Fulcran, évêque de Lodève, a assuré sa reconstruction au Xème siècle, Le bâtiment actuel, entièrement voûté, date du XIIème siècle.
Depuis 1954, elle est classée Monuments Historiques. Le château de Lauzières (édifice privé) Il appartenait à la famille des Lauzières. 
Au XIIIème siècle, il était doté d’une enceinte fortifiée, d’un chemin de ronde... disparus maintenant. Transformé à la fin du XVème siècle, puis délaissé, il sera vendu en 1650.

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie