Balade : découvrir l'abbaye de Saint-Michel de Cuxa

Une belle balade dans les Pyrénées-Orientales : L'abbaye de Saint-Michel de Cuxa  est un monastère bénédictin situé au pied du Canigou, sur la commune de Codalet. Il fait partie de la province espagnole de la congrégation de Subiaco (confédération bénédictine).

L'église abbatiale est en partie préromane et son cloître marque au XIIe siècle la naissance de la sculpture romane roussillonnaise. L'ensemble est classé au titre des Monuments historiques. L'abbaye de Cuxa tire son origine du monastère de Saint-André d'Eixalada, situé plus haut dans la vallée de la Têt, et fondé vers 840.

abbaye_presentation

 Saint-Michel de Cuxa dresse son clocher, son église et son cloître roman. L’abbaye, lieu de vie d’une communauté monastique depuis plus de mille ans, est un monument insigne de l’histoire de la Catalogne, une merveille d’architecture et de sculpture romane et un monument vivant du XXème siècle, par sa renaissance.


Vers 840 une communauté de moines bénédictins s’était installée à Eixelada, dans une gorge de la Tet, près de l’actuelle Olette. Mais, en 878, une inondation détruit totalement ce monastère. Les survivants se regroupèrent à Cuxa et y restèrent.
En 956, commence la construction de la grande église, toujours debout. C’est un monument rare par son ancienneté, la plus grande église pré-romane conservée en France. Ses arcs outrepassés montrent son appartenance aux héritages du monde antique.

Pour vous y rendre : 42 Km à l’Ouest de Perpignan par la  RN116. A 2 Km de Prades par la  RD27.

Pour tout savoir sur Saint-Michel de Cuxa : http://abbaye-cuxa.com/

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon