Bocaj ou l'art en cave

Le 3 août dernier, à la cave coopérative de Saint Chinian, avec Marie-Pierre Pons vice présidente du département de l'Hérault, Kleber Mesquida, président du conseil départemental, a assisté à l’inauguration des fresques réalisées par 2 artistes célèbres, l'excellent Montpelliérain Jean-pierre Bocaj qui signe les affiches de Jazz à Sète devenues "collector" et qui a abandonné à cette occasion la toile d'un mètre sur un mètre et le Tarnais Jean Bastide, illustrateur de Boule et Bill.

A l'occasion de la journée portes ouvertes de cette 8e édition, ce sont donc 8 œuvres réalisées sur des cuves en béton et qui constituent une série unique en son genre de tableaux qui sont repris en étiquettes sur les bouteilles du cru St Chinian, arrondissement de Béziers.
Cette démarche entre pleinement dans le concept de l’œnotour de l’Hérault que le département a mis en place.

Le street art sur les murs

A la Cave en Art de Saint-Chinian, les artistes français -participantes et participants - se succèdent depuis 2013 et enrichissent la palette de la cave des vignerons. Christian Hache, Miss Tic, Aurel, Anthony Lemeir et Arnaud Montagard en 2015, Kashink, et Yz Yseult l'an passé ont réalisé un mur sur une des cuves. Après chaque fresque réalisée, comme chaque année, les deux artistes ont parlé de leur œuvre et dédicacé les cuvées 2018 qui portent une sérigraphie sur chaque bouteille.

Pour visiter l'Art en Cave : http://lartencave.com/

Le Jardin des plantes de Montpellier

Le Jardin des plantes de Montpellier :
De la médecine à la botanique

C'est maintenant chose certaine : les arbres communiquent entre eux. Certes, comme tous les êtres vivants, ils utilisent un langage moléculaire, le langage de la vie. Mais s'ils pouvaient parler notre langue, que d'histoires raconteraient-ils du haut de leur âge vénérable ! Dans le Jardin des plantes, le micocoulier pourrait ainsi évoquer pour nous son illustre contemporain, le Roi soleil. Le filaire, sur la "montagne" de Richer, nous décrirait le siège de Montpellier, bastion du protestantisme, par Louis XIII et son ministre Richelieu. A moins qu'il ne préfère révéler les secrets qu'il a longtemps cachés dans les multiples géodes de son tronc. L'arbre de Judée nous apprendrait qu'il était là avant l'assassinat du bon roi Henri, et le ginkgo nous confierait comment, avec la complicité de Gouan, il échappa aux troubles de la Révolution, réfugié au Carré du Roi, avant de venir orner le Jardin de son feuillage d'or en 1795... Ces arbres pluriséculaires, et bien d'autres végétaux, ont trouvé abri dans le plus ancien jardin botanique de France, le Jardin des plantes de Montpellier, créé par Pierre Richer de Belleval en 1593 pour enseigner les "simples" aux étudiants en médecine. Ce livre vous en conte l'histoire et vous invite à en découvrir les végétaux exceptionnels - plantes succulentes, médicinales, d'Extrême-Orient - au gré des saisons et des lieux. De l'ethnobotanique aux interactions entre plantes et animaux, en passant par l'adaptation des plantes à la sécheresse, des spécialistes du monde végétal vous font partager leurs savoirs et leurs passions.» Amazon